La pensée ne s'arrête jamais ... elle continue frénétique jusqu'à ce qu'un rêve arrive.

 

De petits nombres avec des trajectoires en spirale montent vers le haut de manière régulière, presque apathiquement poussés par le vent doux de l'esprit. Ils s'entassent au sommet et une fois qu'ils ont conquis le plancher du grenier, ils commencent à tourner. Ils donnent vie à un carrousel fluide, contrôlé, presque d'étude, qui gagne rapidement en confiance et change d'intensité. Les tourbillons se confondent et transforment la danse en rebonds, bosses et secousses. Tout devient un mélange hétérogène, piégé dans des orbites irrégulières, de plus en plus impétueux. La vigueur monte, gonfle le cerveau et la propension finit par devenir intense. C'est la recherche obstinée du rêve qui tente de rétablir l'ordre dans un nouveau système évolutif, mais seule la perception de la dernière émotion est décisive; le vent se calme, le mouvement de rotation s'estompe et ces chiffres, fatigués et confus, retrouvent la sérénité et sont à nouveau libres. Leur vol est audacieux, net, ils planent en dessinant des trajectoires ordonnées, parfois sans scrupules ou encore impudents.

\

Il y a d'innombrables tourbillons de neurotransmetteurs avant d'être libérés pour entrer dans la transmission synaptique ordonnée. Lorsque vous voyez Flavio, devant un écran, incliner la tête d'un côté, vous pouvez imaginer combien d'informations sont stockées de manière compulsive. La tension de la genèse apparaît toujours calme et laisse place à un joyeux goût créatif. Même piégé dans un système compliqué, où les axiomes sont des chemins tortueux souvent imprévisibles, les paraboles sont privées de sens apparent, tout apparaît dans des enchevêtrements de formes ininterprétables, vous le verrez encore planer dans des espaces libres. Patience, calme, persévérance le conduisent toujours à attendre des conditions favorables.

Les séquences logiques grandissent et mûrissent spontanément, sans temps, sans forcer, dans un ordre harmonique naturel. Dans ce contexte, les nombres angulaires ou sinueux augmentent progressivement en intensité dans une errance continue et se retrouvent ensuite dans l'ordre intrinsèque de leur propre genèse. Le thème élaboré par l'esprit se poursuit désormais avec une élégance indomptable, dans sa gestation basée sur le contraste entre le concret du savoir et le doute des incertitudes continues.

 

Ce chemin, jusqu'ici conçu dans un espace incommensurable, libre et ouvert, s'achève, le chemin délimite une forme définie, circonscrite et parfaite. À l'intérieur de ses frontières, les lignes illustrent l'eurythmie de la construction et révèlent franchement les contenus thématiques sans aucune virtuosité de genre. Tout est encore éphémère, ce ne sont que des projets mentaux et des croquis informatiques, mais tous les détails sont complets, parfaitement délimités. L'espace et la matière sont deux éléments fondamentaux de la sculpture et le moment est venu pour la matière de se révéler et les bois éco-durables FSC de suivre le mystère de son origine. Le médium noir est ici entre les mains, dépourvu de veines, mais toujours vivant avec un charme lié à son histoire, le gratter sans un certain résultat serait blasphématoire. Avec habileté, une phase technologique intense naît avec un cutter en fer solide qui grave et enlève la matière et un dispositif électronique qui lit la logique créative des coordonnées numériques mûries.

Le modelage laisse reposer l'esprit, mais n'échappe pas à la main qui, préhensile, avec des gestes habituels et répétés avec confiance, affine les détails que la technologie semble avoir oubliés. La poussière de bois dans une traînée éphémère de minuscules particules se répand dans l'air. Bientôt, il disparaîtra absorbé par cet espace que toutes les choses contiennent. Comme l'huile, avec son odeur de foin, imprègne le bois en un massage doux elle pénètre les pores pour les chatouiller pour un meilleur reflet de la lumière et disparaît, vous ne le remarquez même plus.

 

Le contact entre la peau et la matière se termine, mais la perception de la vie demeure, tous les sens impliqués la vue, le toucher et l'odorat évoquent des espaces libres et animés dans lesquels l'art peut vivre et bouger.

Le contenu, la matière, les pensées et les gestes sont désormais là, rassemblés, mais non enfermés, présents et prêts au dialogue, une condition nécessaire pour être vu, étudié puis compris, critiqué ou apprécié ...